Home / Actualités / En mémoire de nos missionnaires morts au Congo il y a 50 ans

En mémoire de nos missionnaires morts au Congo il y a 50 ans

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Célébration à la cathédrale de Luxembourg Photo Sr Marie-Hélène Mack Célébration à la cathédrale de Luxembourg Photo Sr Marie-Hélène Mack

 

 

 

 

En mémoire de nos missionnaires morts au Congo il y a 50 ans


Pour se rappeler des missionnaires des provinces de l’Europe francophone morts assassinés au Congo en 1964, les congrégations de Sainte Elisabeth, de la Doctrine Chrétienne et des Prêtres du Sacré-Cœur ont organisé une célébration en la cathédrale de Luxembourg, présidée par Mgr Jean-Claude Hollerich et Mgr Fernand Franck.

Parmi la cinquantaine de missionnaires assassinés à Kisangani et à Wamba, se trouvaient Mgr Joseph Wittebols, évêque de Wamba, ainsi que 15 religieuses et religieux luxembourgeois, français et wallons, à savoir :

 

de la Congrégation des Sœurs de Ste-Elisabeth

Sr Marie-Loyola Kraus, de Hostert (L), 42 ans

Sr Marie-Espérance Lommel, de Hachy (B), 32 ans

Sr Emilie Roob, de Born (L), 53 ans

 

de la Province Europe des Sœurs de la Doctrine Chrétienne

Sr Virginie Bach, de Nommern (L), 34 ans

Sr Ludovica Bauer, de Wecker (L), 56 ans

Sr François-Xavier Behrens, de Bilsdorf (L), 31 ans

Sr St Jacques Henry, de Henridorf (F), 44 ans

Sr Norbert-Marie Kaufmann, de Goetzingen (L), 32 ans

Sr Catherine Huberty, de Aix s/Cloie (B), 46 ans

Sr St Albert Marion, de La Bresse (F), 58 ans

 

de la Province Europe Francophone des Prêtres du Sacré-Cœur

Père Amour Aubert, de Florenville (B), 37 ans

Père Clément Burnotte, de Bihain (B), 34 ans

Père Joseph Conrad, de Troisvierges (L), 49 ans

Père Jacques Moreau, de Neufchâteau (B), 30 ans

Père Jean Trausch de Eppeldorf (L), 46 ans


 

 


Au début de la célébration eucharistique, le Père Jean-Jacques Flammang scj, supérieur provincial de la province Europe Francophone des Prêtres du Sacré-Cœur, rappelait le sens de cette célébration :

« C’est pour nous tous un moment émouvant de nous réunir ici à la cathédrale de Luxembourg avec notre archevêque Mgr Jean-Claude Hollerich et avec son prédécesseur Mgr Fernand Franck pour nous rappeler ce qui s’est passé il y a 50 ans au Congo. 

Nombreux ont été à l’époque les religieuses et les religieux qui ont quitté leur pays pour aller comme missionnaires au Congo. Ils étaient jeunes, pleins d’enthousiasme, de bonne volonté et tous étaient remplis de la foi en Jésus-Christ qui les avait appelés à le suivre, pour annoncer la Bonne nouvelle sur des terres lointaines. Cette annonce a été en général bien accueillie, elle porte aujourd’hui de bons et nombreux fruits. Mais il y avait aussi des malentendus, des identifications malsaines entre l’Evangile et la colonisation, pas toujours appréciée. 

L’indépendance du Congo fut proclamée le 30 juin 1960. Le premier ministre Lumumba, originaire de la région de Kisangani, prononça alors un discours enflammé, huit fois ovationné, contre la colonisation. Voilà pourquoi, il fut assassiné en janvier 1961. La rébellion contre l’ancien colonisateur s’intensifia un peu partout, et arriva en août 1964 à Kisangani et à Wamba, les deux diocèses où travaillaient nos missionnaires.

Les rebelles s’appelaient « simba », ce qui veut dire « Lions ». Ils n’avaient pas l’appui de toute la population congolaise, loin de là. Leur méthode brutale et barbare a coûté la vie à de nombreuses personnes, européennes, mais aussi à beaucoup de congolais qui étaient censé avoir collaboré avec les blancs, ou qui s’opposaient à la cruauté des rebelles pour défendre ceux qui leur avaient fait du bien.

Ce n’est pas ici le lieu de faire une analyse des événements de 1964 ni de juger les rebelles et ceux qui sont intervenus pour les arrêter et les désarmer.

Pour la célébration de ce soir, nous nous souvenons de l’assassinat d’une cinquantaine de nos missionnaires, dont Mgr Wittebols, évêque de Wamba, et 10 religieuses et 5 religieux de Luxembourg, de la France et de la Wallonie belge. Les autres venaient des Flandres et des Pays-Bas, qui commémorent aussi ces événements ces jours-ci.

Ce soir nous prions avec nos missionnaires assassinés, témoins du Christ, pour plus de justice au Congo, pour un développement durable et pour l’annonce pacifique de l’Evangile. Nous pensons aussi à tous ces congolais qui ont beaucoup souffert et même donné leur vie, parce qu’ils ont voulu protéger les missionnaires.

Ni le racisme, ni l’oppression, ni l’exploitation, ni la domination ne sont des solutions aux  problèmes économiques, sociaux ou culturels. Seul le respect de la dignité de tous tel que l’Evangile nous l’enseigne ouvre de vraies perspectives d’avenir. Ce soir nous nous savons unis avec nos amis à Kisangani qui commémorent les événements tragiques de novembre 1964.

Que les missionnaires assassinés prient avec nous pour le Congo, mais aussi pour tous ceux qui de par le monde sont persécutés à cause de l’Evangile. Que tous puissent vivre dans une paix et une justice véritables. »


 

Sr Monique Hoffmann dirige la chorale des religieuses et l'assemblée des nombreux fidèles

qui ont participé à l'eucharistie

Des anciens missionnaires du Congo et des membres de la famille des missionnaires assassinés

apportent des cierges

alors que Sr Danièle Faltz rappelle les noms des religieuses et religieux morts au Congo.

 

 


En union avec le Christ qui s'est offert pour nous, les missionnaires ont donné leur vie.

 

Photos Sr Marie-Hélène Mack


Nos bibliothèques

Recherche