Home | Actualités | Deuxième journée de la rencontre des supérieurs majeurs à Foligno

Deuxième journée de la rencontre des supérieurs majeurs à Foligno

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Deuxième journée de la rencontre des supérieurs majeurs à Foligno

Deux thèmes ont retenu les supérieurs majeurs de l'Europe, lors de la deuxième journée de leur réunion à Fologno:  

Renforcer le bénévolat et réorganiser les structures

Le bénévolat

« Nous voulons donner aux jeunes une chance de goûter à notre charisme en leur donnant la possibilité de participer à nos activités missionnaires », a déclaré le P. Daniele Gaiola SCJ de la Province de l’Italie du Nord - l'un des promoteurs du Service Volontariat des jeunes missionnaires en Europe. Avec Annalisa Pezzini (de Modena), il a présenté l'expérience qui implique beaucoup de jeunes de différentes entités européennes. L'expérience missionnaire peut varier d’un à deux ans et nécessite une préparation qui est donnée par deux réunions éducatives-organisationnelles. Une prochaine réunion aura lieu à Valence (Espagne).

Le but du bénévolat est de donner l'occasion de découvrir le projet communautaire qui accueille, en en partageant la vie de prière et la disponibilité pour les besoins quotidiens. Qu'est-ce que les volontaires ont de spécifiquement dehonien ? Finalement tout : de l'animation au projets concrets comme la réorganisation d’une bibliothèque, une formation en informatique ... Bien que la réalité offre souvent des surprises, par exemple des pannes informatiques alors que 150 personnes se sont déjà inscrites pour le cours… ceci provoque la créativité des bénévoles .

« Je porte dans mon cœur les rencontres avec les missionnaires au Mozambique, en Angola, et tous ces nombreux et généreux bénévoles qui participent aux projets » - a confié Anna à l’assemblée. Il n'y a pas de limite d'âge, même si le projet est destiné aux jeunes. D’où viennent les fonds? Par des activités et des collectes, mais aussi par l’autofinancement et parfois par la demande d’une contribution d’une communauté SCJ.

Les difficultés ne sont pas seulement l'organisation concrète, la recherche de communautés en mission disponibles d’accueillir, les frais de financement, la préparation des activités, mais aussi l’accompagnement des volontaires pendant la formation et pendant l'expérience. Le but n’est pas tant de « faire quelque chose », mais plutôt de «former au service ».

Le P. José Antonio Casale SCJ de la Province Espagnole a présenté le projet social des « micro-crédits », organisé par le par le campus de ESIC Valencia (un institut de management et d’économie fondé par les Prêtres du Sacré-Cœur d’Espagne) en Equateur, qui dépend de la Province Espagnole, et au Cameroun.

Au cours de la discussion a surgi le projet d’impliquer davantage les confrères dans le domaine de l'animation missionnaire des jeunes. Le but est de faire entrer dans la formation l'organisation de projets de bénévolat. Ceci peut se faire en unissant davantage l’organisation du bénévolat missionnaire et les activités de la pastorale des vocations.

 

La présence SCJ en Europe

Le P. Jean-Jacques Flammang SCJ, de la Province Europe francophone, a présenté le projet « Paris » comme une offre de formation pour étudier la langue française et de la culture et pour se spécialiser dans divers domaines autres que théologiques. Le projet prévoit également un Centre d'études interprovincial, si c’est dans le sens des décisions de la Congrégation. Le P. John Kelly SCJ, de la Province Britannique, est revenu sur le thème du projet « Londres », expliquant les étapes nécessaires à suivre.


Un autre projet a été présenté par le P. Artur Sanecki SCJ - conseiller général. Il prévoit d'ouvrir une communauté internationale de la langue allemande à Bâle où la Congrégation possède une propriété. Cette nouvelle communauté pourrait être composée de confrères de différentes entités européennes. Le but en est le témoignage de la vie religieuse et communautaire, le travail avec les bienfaiteurs, pour les projets missionnaires, le ministère de la migration et les activités paroissiales. Un démarrage probable pourrait se faire en 2019. Il faut dire que pour l'instant, nous sommes présents dans quatre villes en Suisse, où travaillent des confrères polonais. Le P. Artur Sanecki SCJ a également mentionné le projet « Pays-Bas » : il s’agit de répondre à une demande réelle en vue de l'avenir de la présence SCJ aux Pays-Bas.


Le P. Anthony Bozza SCJ, missionnaire en Albanie, a présenté brièvement l'histoire du pays qui a tant souffert, depuis l'occupation turque jusqu’au régime communiste. La présence SCJ est maintenue grâce aux efforts des confrères de la Province de l'Italie du Sud. L'Albanie est aussi un lieu pour le bénévolat missionnaire. Le P. Wiesław Swiech SCJ, de la Province Polonaise, a rappelé les activités des Prêtres du Sacré-Cœur en Europe orientale: en Biélorussie, en Moldavie et en Ukraine. En Moldavie ont lieu de nombreuses initiatives sociales. La présence en Biélorussie est destinée en priorité au travail pastoral. En Ukraine commence la nouvelle présence à Kiev-Irpin qui offre une excellente occasion de trouver des jeunes catholiques parce que dans les environs il y a trois universités.

Les supérieurs majeurs de l'Europe se rendent compte que, pour créer des projets internationaux européens, on a besoin de changer la « grammaire mentale » qui pour l'instant tend à donner la priorité aux projets nationaux. Mais le défi est grand. Deux questions se posent : quelles ressources européennes avons-nous encore et quel avenir voulons-nous préparer ?

P. Radosław Warenda SCJ

trad jjf