Home / Actualités / Une année du "Cœur blessé" pour les dehoniens

Une année du "Cœur blessé" pour les dehoniens

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Une année du "Cœur blessé" pour les dehoniens

L’annonce de l’année du « Cœur blessé »

Le thème de la consolation est profondément dehonien. Pour donner de l’épaisseur à cet aspect nous initions dans la Congrégation en ce 14 mars 2018, l’année du "Cœur blessé" qui s’achèvera avec la fête du Sacré-Cœur 2019. Pour nous, le "Cœur blessé" est l’icône du 21e siècle, il transmet un message qui va au-delà de la parole. Ce symbole est capable d’accueillir les sentiments des femmes et des hommes de ce monde. L’icône du "Cœur blessé" sait révéler la vie intérieure et intime, faite des désirs et des attentes, des frustrations et des souffrances. Il renvoie aux sentiments d’innombrables personnes, il rend vives leurs angoisses et leurs larmes, leurs tortures et leurs souffrances jusqu’au sang. Tout ce qui est proche de l’homme porte le signe de la blessure.

Vers cette icône, nous désirons faire converger les initiatives présentes ou celles qui seront entreprises dans les diverses Entités. Nous voulons promouvoir la créativité, autant au niveau théologique que philosophique, et entreprendre des engagements dans divers services, au plan de l’art et de la musique, pour donner une expression à la souffrance par la parole, et proposer des remèdes capables d’inverser les situations marquées par l’affliction et celles qui sont reléguées aux frontières du vivre en commun. 

C’est un kairos pour nous, fils du Père Dehon, lequel nous déclare dans son testament spirituel: "Je vous laisse le plus merveilleux des trésors, c’est le cœur du Christ", "pour lui je vis, pour lui, je meurs". C’est donc le moment favorable pour déballer ce trésor et y découvrir les innombrables richesses destinées à inspirer notre apostolat et notre mission.

En cette année, nous désirons faire du "Cœur blessé" de notre Seigneur le refuge des hommes accablés par la souffrance, l’injustice et l’exclusion. Individuellement et communautairement, nous sommes invités à inventer, à initier, à exécuter des projets qui visent à imprimer ce souci dans nos ministères, nos prières, nos dévotions… Il s’agit de valoriser notre charisme de "prophètes de l’amour" pour susciter des œuvres ou créer des situations susceptibles de détourner ou d’anéantir tout germe potentiel d’exclusion. Nous désirons réfléchir sur la manière dont nous pouvons être des avant-gardistes, des veilleurs et des guetteurs des signes de temps en vue de développer notre charisme de serviteurs de la réconciliation, de nous rendre dans les périphéries comme le Christ et de nous battre aux côtés des victimes avec pour seules armes les œuvres de miséricorde inspirées par le Cœur miséricordieux de notre Seigneur.

Chers membres de la Famille Dehonienne, nous alimentons notre compassion à la source même du Cœur de Jésus pour rendre possible, urgent et fécond notre amour envers chaque personne blessée.

P. Heinrich Wilmer, Supérieur général de la Congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus.

Nos bibliothèques

Recherche