Home / Actualités / Regard catholique sur le tournant liturgique de la Radical Orthodoxy

Regard catholique sur le tournant liturgique de la Radical Orthodoxy

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Regard catholique sur le tournant liturgique de la Radical Orthodoxy

Enfin une prise en compte sérieuse de la Radical Orthodoxy

 

Voilà que la théologie française entre sérieusement en dialogue avec la Radical Orthodoxy d’Outre-manche, ce mouvement critique de la modernité finissante et de la postmodernité qui n’a pas la force suffisante pour continuer la grande tradition philosophico-théologique déjà en partie abandonnée par la modernité. 

 

Le point de départ: «After Writing» de Catherine Pickstock qui critique la lecture logocentrique que Derrida a faite du Phèdre de Platon. 

Derrida s’est trompé: le Phèdre ne se termine pas sur une position logocentrique, mais bien en doxologie. C’est la doxologie qui pour Platon est le dernier mot de la philosophie. Autrement dit : l’achèvement de la philosophie ne peut être que liturgique. 

 

D’où l’intérêt que porte Pickstock à la liturgie, et plus spécialement au « rite romain médiéval ». Médiéval, car la modernité, par la spatialisation qu’elle instaure, prétend transférer l’éternité en l’espace entièrement connaissable. Et d’affirmer : « A l’aube de la modernité, l’espace est devenu une pseudo-éternité » qui, avec la textualisation, empêche de connaître l’éternité véritable. La liturgie par contre donne accès à cette éternité véritable. Elle honore l’oralité, tient compte de la dimension temporelle de l’être à la différence de la spatialisation moderne, et évite l’écueil de la nécrophilie moderne en dépassant l’opposition entre la mort et la vie, notamment grâce à la transsubstantiation eucharistique. 

 

Notons encore que la rupture scotiste opère le passage du Moyen âge à la modernité. Thème qui retient depuis quelques lustres la recherche philosophique (La fameuse rupture de 1277). 

 

La liturgie se révèle donc être le lieu adéquat pour penser la via media d’une théologie qui se veut à équidistance d’une théologie libérale et d’une théologie autoritaire conservatrice. 

Dans la liturgie, le mouvement ascendant vers Dieu et le mouvement descendant de Dieu sont entremêlés. 

 

Dans son livre qui vient de paraître (juin 2018), Philippe de Forges fait une lecture à la fois compréhensive et critique du tournant liturgique qu’a pris le mouvement de la Radical Orthodoxy, et il propose les axes principaux pour une véritable « théologie fondamentale liturgique ». 

P. Jean-Jacques Flammang SCJ

 

A lire, par ceux qui s’intéressent au développement de la philosophie et de la place du théologique dans la culture contemporaine. 

 

Nos bibliothèques

Recherche