Home / Bibliothèque dehonienne / Études dehoniennes / De Léon Dehon on parle - Pierre Pierrard et Nicolas Pigasse

De Léon Dehon on parle - Pierre Pierrard et Nicolas Pigasse

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
De Léon Dehon on parle - Pierre Pierrard et Nicolas Pigasse

 

« Parmi les « abbés démocrates » qui, à la jointure des deux siècles (XIXe –XXe), se sont efforcés d’accorder l’Evangile et la justice sociale, deux prêtres ont joué un rôle majeur.
C’est d’abord Léon Dehon (1843-1925), fondateur des Prêtres du Sacré-Cœur de Saint-Quentin. Cet homme du Nord, qui enracine son activité sacerdotale dans la cité ouvrière de Saint-Quentin, perçoit avec une particulière acuité les mutations de la société française – notamment la montée de la classe ouvrière – et aussi le décalage, voire l’impuissance de la pastorale de l’Eglise par rapport aux réalités sociales et culturelles de l’époque.
Ses études de droit à Paris – il est avocat à vingt et un ans –, sa formation philosophique et théologique à Rome donnent à Léon Dehon une grande ouverture d’esprit, un sens fort de l’universalité de l’Eglise, une spiritualité nourrie dans la contemplation du côté ouvert du Christ en croix. Fasciné par Rerum Novarum, il va s’y référer en permanence pour élaborer une véritable pensée sociale, une pratique pastorale et un projet chrétien sur l’homme et la société. Le titre de l’ouvrage qu’il signe en 1900, La rénovation chrétienne sociale, est révélateur de cette dynamique. Ses contemporains ne s’y sont pas trompés qui ont vu dans son Manuel social chrétien le commentaire autorisé de Rerum novarum.
Lui aussi « prêtre démocrate », Jules Lemire est davantage connu, parce que sa carrière s’épanouit longtemps sur la scène politique… »
in Pierre Pierrard et Nicolas Pigasse : Ces Croyants qui ont fait le siècle. Paris, Bayard Editions, 1999. 978-2227-436770, p. 131-132.

Nos bibliothèques

Recherche