Home / Nos racines / In memoriam P. Maloteaux et P. Kaschten

In memoriam P. Maloteaux et P. Kaschten

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
In memoriam P. Maloteaux et P. Kaschten

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous souvenons de nos chers confrères décédés

 

 

 

Le Père Armand MALOTEAUX SCJ,

décédé à Cinqfontaines, le 13 septembre 2013

Né le 7 juillet 1930

première profession religieuse, le 17 octobre 1951

ordination sacerdotale, le 8 juilet 1956

 

 

Homélie prononcée par le Père Gaston Pirotte, lors des funérailles

 

Après les éloges de Mr le Directeur du secondaire de Burnot et de la directrice du primaire, j'aimerais vous offrir quelques réflexions et conclusions évangéliques de la vie du Père Armand.

Les dernières paroles de l'évangile des talents nous indiquent comment Jésus accueille maintenant Armand dans sa Demeure. "Bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître! "

Je peux en témoigner ici devant vous, Armand s'est vraiment montré, à travers tous les événements de sa vie un bon et fidèle serviteur de l'évangile.  Il a fait valoir ses nombreux talents.

Ne croyons surtout pas que ces talents dont Jésus parle soient des capacités naturelles, comme on le croit trop souvent: un tel a le talent de dessiner, de peindre, de jouer de la musique etc.: ça ce sont les capacités. Jésus lui-même fait très bien la distinction.  Il s'agit exactement des cadeaux que Dieu nous fait afin de réaliser le royaume en nous et autour de nous. 

Né dans un village de l'Entre-Sambre et Meuse, dans une vallée industrielle où le socialisme règne en maître, d'une famille modeste, ouvrière et foncièrement chrétienne, le Père Armand  a su rester fidèle à son baptême.  C'est important à dire et à redire aujourd'hui dans notre société occidentale où l'on pousse les baptisés à renier leurs sources.  Et c'est déjà un premier talent reçu en vue de l'Evangile et une première leçon qu'Armand peut nous donner en même temps qu'un modèle que nous pouvons  en garder dans nos cœurs et nos esprits.

Très tôt, il entre au Patro de la paroisse, où il apprendra la valeur des mouvements de jeunesse dont il gardera les insignes et le sens des rassemblements.  Il n'oubliera jamais ces moments précieux des réunions et des camps de jeunes.  C'est même là, avouera-t-il un jour qu'il découvrira sa vocation de prêtre.

Puis, pour suivre cette vocation, il est entré à Burnot, qui était à ce moment un juvénat, c’est-à-dire une école pour futurs prêtres et religieux.  Il y acquit ses diplômes d'humanité pour entrer ensuite au noviciat des Prêtres du Sacré-Cœur, à Loppem où il fera sa première profession de foi de religieux. Et c'est ici son 2ème talent.

Après les études de philosophie et de théologie à Louvain, il fut ordonné prêtre en 1956.  Un 3ème talent lui était ainsi accordé.

Mais déjà, comme scolastique, il songeait à sa mission chez les jeunes: c'est lui qui avait eu l'idée de lancer des camps missions dans quelques villages du Nord de la France, missions qui se sont poursuivies durant quelques années. Mais déjà Armand faisait partie de toute une série de rencontres de jeunes: Patros et scouts de différentes paroisses.  Et je compte ce don d'organisateur comme son 4° talent.

Puis, nommé professeur dans l'école qu'il aimait tant, il y enseigna le latin et le grec, puis fut nommé supérieur et enfin directeur de l'école.  Nous pouvons dire aujourd'hui qu'il fut la cheville ouvrière et l'apôtre combattant non seulement pour la survie de l'école mais pour son plein développement. Et ce 5° talent devint pour lui la préoccupation essentielle de sa vie.

Car son école était menacée!  Menacée par les lois sur l'enseignement et les quotas d'élèves que les ministres exigeaient, Armand lança toute une série d'initiatives: les options, la mixité, la construction d'une nouvelle aile, les voyages en Grèce où il faisait office de guide pour les élèves. 

Il prendra même, à ce moment-là, son bâton de pèlerin pour aller, jusqu'à Rome, mendier les fonds nécessaires à l'entreprise du bâtiment blanc, nécessaire aux nouvelles classes.

C'était son école.  Puis il fallu songer à la mixité et enfin, à la fusion avec un collège voisin, le collège jésuite de Godinne, projet qui lui prit une énergie extraordinaire et qu'il sut mener à bien puisque l'école est maintenant florissante et reconnue comme telle dans toute la région.

Quelques temps après avoir partagé, puis cédé la direction de l'école aux professeurs laïcs, il ne se contenta pas de vivre sereinement de ses rentes de pensionné: il prit en charge la paroisse du village voisin, Rivière, où il est allé demeurer.

Comment s'étonner qu'après avoir mené, tambour battant, toutes ces activités, il dut être hospitalisé à Mont-Godinne pour infarctus..

Je me rappelle, lorsque je suis allé le voir en salle de réanimation, son infirmière m'a dit: "Vous savez, le Père n'est pas très gentil avec nous, il arrache ses perfusions …" Je lui a répondu: "Ne vous en faites pas, il a toujours commandé, mais il n'est pas méchant!"  Quand je lui ai raconté cette conversation, il a souri, puis il a ajouté: "C'est vrai, ça?"  Armand l'incrédule, Armand l'émotif!

La grande peine de sa vie fut d'avoir été éloigné de Burnot, mais sa santé ne lui permettait vraiment plus de rester seul dans un presbytère.

 Il vint terminer ses jours ici à Cinqfontaines. Je tiens à ajouter et à souligner qu'il s'était fait estimer par tout le personnel de la maison.

Frères et sœurs, chers confrères,

J'ai bien conscience de n'avoir fait qu'un tout petit tour d'horizon de la personnalité d'Armand.  Je voudrais cependant souligner ici la joie qu'il a éprouvée lorsque je l'ai conduit à Burnot, pour y fêter, cette année, la rénovation des bâtiments pour lesquels il avait tant donné de sa vie. 

Je me rappelle aussi avoir assisté à quelques messes de funérailles qu'il avait célébrées à Rivière. A la fin des homélies qu'il clamait de sa voix de stentor dans cette petite église et tenant bien souvent l'index levé vers le ciel,  il aimait citer le dernier couplet d'un chant qu'il avait appris et chanté dans les camps scouts: le chant du feu: "Ma leçon la dernière, disait le feu, vous dit: mes enfants, on ne fait rien sur terre qu'en se consumant…"

Armand s'est vraiment consumé

- Comme chrétien, par une vie de foi profonde et un  Evangile vécu.

- Comme religieux dans la communauté des Prêtres du Sacré-Cœur à Burnot

- Comme animateur des mouvements et des camps de jeunes où il s'étaitr impliqué avec tout son cœur.

- Comme professeur et directeur de l'école qui de juvénat était devenue Institut.

- Et enfin comme prêtre dans tous les services que l'Eglise lui demandait et je me rappelle encore sa fierté, lorsqu'il reçut du nouvel évêque de Namur, Mgr Rémy Vancottem, une très belle lettre pour le remercier de tous les services rendus au diocèse.

Jésus disait à ceux qui le suivraient: "Là où je suis, vous serez vous aussi": je suis sûr que dès maintenant, Jésus accueille Armand dans sa demeure.

Et que le Père Dehon, notre fondateur, va lui murmurer: "Armand, je suis content de faire ta connaissance…  raconte-moi tout!" Amen.

 

*   *   *   *   *

 

P.Thomas Kaschten SCJ,

décédé à Neustadt an der Weinstrasse (Allemagne), le 16 août 2013.

Né le 11 mars 1921, à Westmaele en Belgique

première profession religieuse, le 24 septembre 1941

ordination sacerdotale, le 1er mars 1947.

 

 

In memoriam Pater Thomas Kaschten SCJ

Im Vertrauen auf die christliche Verheißung starb im Alter von 92 Jahren unser Mitbruder Pater Thomas Kaschten. Er wurde am 11. März 1921 in Wathermal (Belgien) geboren. 1934-1940 hatte er Sekundarunterricht in der Missionsschule der Herz-Jesu-Priester in Clairefontaine. 1940 trat er ins Noviziat der Herz-Jesu-Priester in Brugelette (Belgien) ein und legte dort am 24. September 1942 die ersten Gelübde ab. 1941-1947 studierte er Philosophie und Theologie in Louvain und erwarb das Lizentiat in Theologie. Am 1. März 1947 wurde er von Mgr. Van Goethem in Louvain zum Priester geweiht und kam als Lehrer in die Schule der Herz-Jesu-Priester in Burnot/Profondeville (Belgien) wo er von 1948-1952 Rektor war. Danach kam er las Lehrer nach Clairefontaine.

Von 1954-1955 war Pater Kaschten Vize-Provinzial der luxemburgisch-belgischen Provinz, dann nach Aufteilung 1955 erster Provinzial der luxemburgisch-wallonischen Provinz mit Residenz in Luxemburg-Stadt. Von 1960-1972 war P. Kaschten Provinzrat. In dieser Zeit begann er in Brüssel und Louvain die Ausbildung als Gesprächstherapeut nach Carl Rogers und als Gruppendynamiker. 1971-1978 war er nochmals Provinzial. In dieser Zeit machte er 1975 einen Einführungskurs in die Transaktionsanalyse (TA) bei Raymond Hostie in Louvain und von 1976-1981 die TA-Ausbildung in Belgien und Deutschland bei Raymond Hostie, Ted Novey, Fanita English, Carlo Moiso, Shea Schiff, Richard Erskine und Rebecca Trautmann. Nebenbei absolvierte er Kurse in Gestalttherapie, Psychodrama, Bioenergetik u.a.

Nach seiner zweiten Provinzialzeit kam Pater Kaschten in das Kloster Howald. Dort war er zeitweise Rektor und zeitweise Ökonom.

1987 kam Pater Kaschten in die Deutsche Ordensprovinz in das Herz-Jesu-Kloster Neustadt an der Weinstraße.

Die Hauptbeschäftigung von Pater Kaschten bestand darin, TA-Kurse zu geben, vor allem, aber nicht ausschließlich in kirchlichen Institutionen. Er gab Einführungskurse und Therapie-Kurse in Luxemburg, Trier, Köln, Neustadt, Münster und Bamberg, auch Therapiewochen in Verbindung mit Meditation.

1999 wurde Pater Kaschten auf Grund seiner Verdienste als Transaktionsanalytiker Ehrenmitglied der Deutschen Gesellschaft für Transaktionsanalyse (DGTA). Sein besonderer Verdienst war es, dass die TA-Anwendung heute auch in Kirchenkreisen weitverbreitet ist.

Wir nehmen dankbar Abschied von unserem Mitbruder, der Jahrzehnte lang in unserem Herz-Jesu Kloster in Neustadt las Priester und Therapeut in Seminaren und Einzelbetreuung viele Menschen zu selbständigen und selbstbewussten Persönlichkeiten begleiten und hinführen konnte.

Nun überlassen wir ihn seinen und unserem Herrn Jesus Christus, der gesagt hat : « Ich bin gekommen, damit sie das Leben haben und es in Fülle haben » (Joh 10,10).

Die Herz-Jesu Priester von  Neustadt an der Weinstraße   


Découvrir notre nouveau site

Nos bibliothèques

Recherche