Home | Nos racines | In memoriam P. Germain Gravejat SCJ

In memoriam P. Germain Gravejat SCJ

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
P. Germain Gravejat SCJ P. Germain Gravejat SCJ

Le 26 février 2017 est décédé à Tassy en France le

 

Père Germain Gravejat SCJ

 

de la Province Europe Francophone (EUF),

Il est né le 31.07.1932, fait sa première profession religieuse le 29.09.1953, est ordonné prêtre le 29.06.1960.

 

Que le Seigneur lui accorde la joie et la paix éternelles!

 

 

 

 

Homélie prononcée par le Père Jean Cayrac SCJ

lors des funérailles du Père Gravejat à la chapelle de la Maison Jean Dehon à Mougins


Evangile: Matthieu V, 1-12: Les béatitudes

Le texte de cet évangile, sous la plume de Saint Matthieu, est connu sous le nom de « discours sur la montagne ». Il constitue un appel adressé par Jésus à qui veut le suivre.

Le cadre de l’enseignement est la « montagne », sans précision : une manière, sans doute, de signifier que Jésus prend la relève de Moïse qui, au Sinaï, avait donné au peuple hébreu les dix commandements. À sa suite, Jésus proclame une nouvelle « loi », la loi évangélique, une nouvelle alliance ou une nouvelle justice chrétienne.

Vous avez pu observer que chacune des phrases  - des versets – commençait par heureux (une sorte de refrain) : « heureux les pauvres de cœur » ; « heureux les doux » ; « heureux les artisans de paix » ; etc. ; or, ce mot heureux, au pluriel est la traduction d’un mot latin beati qui a donné en français « béatitude » et c’est pourquoi nous désignons chacune des neuf phrases commençant par « heureux » : « béatitudes ».

A vrai dire ces neuf béatitudes sont bien déconcertantes, car elles sont tout le contraire de ce que tout le monde pense, voit. Alors que pense-t-il ? Que voit-il ? Pour lui, peuvent être dits « heureux » ceux qui possèdent le pouvoir, la richesse, la réussite sociale, une santé florissante, etc. Alors l’évangile nous présenterait-il une contre-vérité, un chemin à contre-courant ? Bien entendu, Dieu ne magnifie pas la détresse humaine, la pauvreté, la maladie, la mort, mais il nous donne l’assurance que notre « vallée de larmes » avec un cortège de souffrances qu’elle entraîne dans son sillon, sera un jour transformée en royaume de soleil éternel, car le Seigneur fera se coucher définitivement « les soleils noirs » de notre existence.

En réalité, ce qui rend heureux, c’est la chaleur humaine, l’amitié, la fraternité, l’engagement ensemble pour un monde plus juste et meilleur. Et ces 9 béatitudes n’ont de sens que prononcées par Jésus. Elles ne sont vraies que parce que Jésus est là pour apporter la joie dont il parle : « Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ». Sinon, «  elles ne seraient qu’un outrage à la souffrance ». Écoutées loin de Jésus et de son esprit, les béatitudes ne produisent que scandale. Si Jésus n’avait pas vécu le don et l’amour poussés à l’excès et pour cela risqué sa vie, nous ne comprendrions pas que lui soient venu de telles paroles.

Ceci dit, qu’il nous suffise à présent de passer en revue 2 ou 3 béatitudes : « Heureux les pauvres de cœur » Qu’est-ce à dire ? C’est ne plus voir les êtres et les choses comme des objets de possession, de domination. On ne peut s’engager sur ce chemin qu’en s’ouvrant au mystère d’un amour qui ne possède pas et qui est communication gratuite de soi. Pour ce faire, il nous est demandé de nous déposséder de notre « quant à soi », de notre égocentrisme, voire de notre égoïsme, bref, de lâcher prise. 

« Heureux les doux, car ils posséderont la terre » Pour faire avancer le monde il faut travailler contre sa violence personnelle, la violence dans la famille, dans l’entreprise et se laisser séduire par la douceur. La douceur n’est pas mièvre, elle aide à exister et contribue à ce que la terre soit à tout le monde. Elle aide soi-même et les autres à exister vraiment.

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice » c.-à-d. ceux qui, suivant les pas de Jésus-Christ se rangent du côté des opprimés pour les aider à se libérer des injustices qui les accablent.

Et nous pourrions continuer ainsi, mais ce qui est le plus important s’énonce de la façon suivante : 

« le royaume des cieux est à eux » c.-à-d. que Jésus invite ceux qui auront mis en pratique l’une ou l’autre de ces béatitudes à s’asseoir à la table du festin des cieux, en d’autres termes à vivre avec lui pour toujours dans un monde nouveau sans pleurs ni deuil (Ap 21, 4). Ce monde n’est pas à attendre demain, après-demain, après notre mort car il est parmi nous, présent et caché, toujours là et à venir, bref il est là à la manière d’une semence. C’est à nous de le construire en mettant en application ce programme énoncé par Jésus.

Enfin, nous espérons, et sommes sûrs, que notre frère Germain se sera retrouvé en accord avec l’une ou l’autre de ces neuf béatitudes qui aura mieux correspondu à son histoire, à son tempérament, aux appels de Dieu dans sa vie et lui aura ouvert la porte du royaume des cieux, entendu comme l’intimité définitive dans le bonheur et la paix.

 

La prière universelle faite par le Père Jean Biondaro SCJ

Célébrant : Nous avons reçu la Parole qui vient du Seigneur. Elle éclaire notre A-DIEU au Père Germain GRAVEJAT. Confions aussi au Seigneur des intentions qui nous tiennent à cœur et prions :

R/ SURS DE TON AMOUR ET FORTS DE NOTRE FOI, SEIGNEUR NOUS TE PRIONS !

1.     Par sa mort, le Père Germain Gravejat est allé retrouver, dans la VIE ETERNELLE  les défunts qui lui étaient chers , en particulier : ses parents, ses frères et sœur et tout spécialement son frère jumeau, le Père André Gravejat, décédé ici à Mougins en 2008. Pour le Repos Eternel des tous les défunts des familles GRAVEJAT, ALDEBERT et GOUTTE, ensemble prions : R/

2.     Le Père Germain a été ordonné prêtre en 1960 ; il avait déjà dit OUI à l’appel du Seigneur dans la vie religieuse en entrant dans la congrégation de Prêtres du Sacré-Cœur. Pour ses 64 années au service  de sa Congrégation  et les 57 années de ministère pastoral en paroisse, dont 9 années dans notre diocèse de NICE, nous rendons grâce au Seigneur : ensemble prions : R/

3.     Depuis le 1er mars, l’Eglise est entrée en CAREME : 40 jours de montée vers Pâques. Pour que, d’auprès de Dieu, le Père Gravejat  veille sur l’Eglise et sur sa Congrégation ;  pour qu’elles obtiennent du Seigneur les grâces de CONVERSION et de FIDELITE dont elles ont besoin pour accomplir leurs difficiles missions dans le monde d’aujourd’hui, ensemble prions : R/

4.     Au nom du Père Germain GRAVEJAT et avec lui, nous disons un grand  MERCI à nos MAISONS DE RETRAITE, ici à MOUGINS la Maison Jean Dehon et la Maison de TASSY. Merci aux membres de la Direction, du Personnel et à tous les Résidents de ces 2 Maisons, pour les qualités de vie humaine qui s’y vivent, l’attention à la vie religieuse et pour la collaboration fraternelle qui les rapprochent l’une de l’’autre. Pour que le Seigneur bénisse l’aujourd’hui et l’avenir des 2 communautés, ensemble prions : R/

5.     Nous prions le Seigneur pour que les efforts de PAIX, qui se vivent dans le monde, particulièrement en Syrie, au Moyen-Orient et en Centrafrique, pour que ces efforts redonnent enfin  aux peuples qui habitent ces pays, une vie plus humaine et fraternelle, ensemble prions : R/

Célébrant : Dieu notre Père, nous célébrons cette EUCHARISTIE avec le Père GRAVEJAT encore présent parmi nous, dans la mort ; nous t’offrons notre MERCI  pour tout ce qu’il a donné pendant sa vie dans le service de l’Eglise et de ses frères ; et nous te confions aussi nos attentes : que, d’auprès de Toi Père,  il veille sur ceux qu’il a aimés et tous ceux avec qui il a vécu dans les diverses missions où il a travaillé, nous t’en prions par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.