Home / Publications / A voir absolument / Le portier vigilant - Priez avec les paraboles

Le portier vigilant - Priez avec les paraboles

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Le portier vigilant - Priez avec les paraboles

 

 LE PORTIER VIGILANT

 « Veillez, car vous ne savez pas quand le maître de maison va venir » (Mc 13, 35)

 

   La courte parabole du portier qui attend le retour de son maître termine le discours sur les « choses dernières ». Elle est caractérisée par trois verbes qui sont des exhortations à la vigilance : faites attention (v. 33) ; veillez (v. 35) ; soyez en état de veille (v. 37).

   Ainsi l’évangéliste entend souligner l’exigence de veiller à tout prix, en surmontant la fatigue, en éloignant le sommeil : car la question est vitale.

   Le contraire de la vigilance, c’est la superficialité : se laisser distraire par des choses marginales, vivre en se laissant dominer par l’émotion de l’instant présent. Mais ici, en face d’une question aussi fondamentale, personne ne peut se laisser surprendre : car l’enjeu c’est la vie elle-même, la vie éternelle. Pourquoi veiller ainsi ?

    Parce que, nous dit Jésus, vous ne savez pas le moment, « vous ne savez pas quand le maître de maison sera de retour ». Son retour marquera le passage à la vie éternelle, un passage qu’il ne faut absolument pas manquer.

   La vigilance est une modalité de l’existence chrétienne. Pas seulement pour quelques vocations d’élites, les prêtres, les personnes consacrées, les missionnaires…, mais pour toutes les vocations et pour chacune d’entre elles. Jésus le souligne : « Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez ! » (v. 37).  

   Dans la prière, demandons cette grâce de la vigilance.

 

    Seigneur Jésus, tu nous donnes cette assurance : tu es avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

   Mais ceci ne nous suffit pas. Nous sommes distraits, nous sommes assaillis par trop de choses, trop souvent notre esprit et notre cœur ne sont pas en communion avec toi.

   Répète-nous le reproche que tu adressais à Marthe : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses, mais une seule est nécessaire ».

   Oui, Seigneur, nous avons besoin de comprendre que tu es avec nous, nous avons besoin de travailler et de veiller dans l’attente de ta venue.

   Viens en aide à notre foi bien fragile. Que notre volonté de bien soit persévérante ! Que la lumière de ton Esprit triomphe des ténèbres qui nous entourent et des distractions qui nous assaillent !

 

    Garde ton regard fixé sur le Crucifix, sur le tabernacle, sur la Bible. Demande à Jésus qu’Il te révèle sa présence qui sauve. Puis poursuis :

 

    Merci, Seigneur Jésus, pour ta bonté, pour ta patience. Ne te lasse pas de nous envelopper de ta miséricorde, jusqu’au jour où tu nous feras asseoir avec Toi dans la gloire, à la droite du Père, pour les siècles des siècles. Amen.

 

 

L’ÉCOUTE de la PAROLE

 

« Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens  qui seront sauvés ? » (Lc 13, 23)

 

   Saint Marc place la parabole du portier vigilant au terme du discours sur les choses dernières, le discours eschatologique, comme s’il voulait le résumer. Quelques questions sont fondamentales : Vers où allons-nous ? Qu’y a-t-il après la mort ? Que veut dire assumer le temps présent ?...

   Il y en a qui répondent ne rien attendre, car il n’y a pas d’au-delà. Il y en a qui n’y pensent pas, ils vivent complètement centrés sur le présent, sur les engagements qui en découlent.  Il y en a qui préfèrent ne pas y penser…

   Jésus nous invite à tenir ouverts les yeux sur l’avenir, en étant très conscients de l’importance du présent : car la vie humaine est seulement un premier temps très court, en comparaison d’un second qui sera éternel.

   D’où la vigilance, la fidélité, l’appel à être attentifs aux signes de Dieu. Ainsi s’affermit la promptitude à lui ouvrir, tout de suite, quand il frappera à notre porte. La rencontre avec le Ressuscité est le terme de notre vie, rien ni personne ne doit le rendre insignifiant. Mais quelle importance tient-elle dans notre pensée? Dans la préparation, dans la prière, par l’honnêteté, la fidélité à la vocation reçue ?

 

De l’Évangile selon saint Marc, ch. 13, vv. 30 - 37 :

 

   En vérité, je vous le dis : cette génération ne passera pas que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront. Mes paroles ne passeront pas. Mais ce jour ou cette heure, nul ne les connaît, ni les anges du ciel, ni le Fils, personne, sinon le Père.

   Prenez garde, restez éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le moment.

   C’est comme un homme qui part en voyage : il a laissé sa maison, confié à ses serviteurs l’autorité, à chacun sa tâche, et il a donné au portier l’ordre de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison va venir, le soir ou au milieu de la nuit, au chant du coq ou le matin, de peur qu’il n’arrive à l’improviste et ne vous trouve en train de dormir.

  Ce que je vous dis, je le dis à tous : veillez !

 

Dans le silence de la prière, de l’adoration, laisse-toi pénétrer de cette Parole.

* Vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur. Tous, en effet, vous êtes fils de la lumière, fils du jour. Nous ne sommes ni de  la nuit, ni des ténèbres. Donc ne dormons pas comme les autres, mais soyons vigilants et sobres (1 Th 5, 4 - 6).

 

* Restez éveillés, dans une prière de tous les instants, pour vous tenir de bout devant le Fils de l’homme (Lc 21, 36).

 

* Que l’Esprit suscite votre prière sous toutes ses formes, vos requêtes, en toutes circonstances ; employez vos veilles à une infatigable intercession pour tous les saints, pour moi aussi : que la parole soit placé dans ma bouche pour annoncer hardiment le mystère de l’Évangile… (Ep 6, 18 - 19).

 

   Relis ces passages de la Bible : ils te parlent de la vie éternelle, de la mort comme entrée dans le monde de Dieu. Demande la lumière de l’Esprit pour comprendre, pour recevoir.

   Puis fais les cinq temps de méditation à partir de cinq paroles bibliques. Après chacune de ces paroles pendant un instant médite en silence, ou prie une dizaine de ton chapelet.

 

1. « En vérité, je vous le déclare : le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas ». Jésus te parle d’un futur qui est au-delà de ce monde présent : y crois-tu ? Es-tu convaincu qu’il existe la vie éternelle comme une vie que nous aurons en Dieu, après la mort ? Crois-tu que ses paroles sont vraies, et qu’elles nous garantissent que nous vivrons dans le monde de Dieu pour toujours ?

 

2. « Mais ce jour ou cette heure, nul ne les connaît. Prenez garde, veillez, parce que vous ne savez pas quand ce sera le moment ». Nous avons l’expérience du présent, mais nous ne savons pas quand s’achèvera notre vie. Jésus t’invite à prendre garde, à veiller : Qu’est-ce que cela veut dire pour toi ? Y penses-tu de temps en temps ? Gardes-tu cette bonne habitude de te confier à Lui dans la prière ? Quels comportements peux-tu assumer pour que ta foi soit plus en état de veille ?

 

3. « C’est comme un homme qui part en voyage : il a laissé sa maison, confié à ses serviteurs l’autorité et a donné au portier l’ordre de veiller ». Jésus Ressuscité a confié à son Église toute tâche et tout service : comment les accomplit-elle ? Que faisons-nous de tous les biens que Dieu a mis entre nos mains ? Et toi, comment vis-tu la vocation que tu as reçue, le témoignage de la foi, ton engagement pour la justice et la fraternité ? As-tu le souci que chacun, y compris et surtout les plus « petits » et les plus pauvres, puisse vivre dans la dignité ?

 

4. « Faites en sorte qu’à son retour, à l’improviste, il ne vous trouve endormis ». Le Seigneur vient, il viendra : est-elle en toi, cette conviction, sans laquelle il n’y a pas de vie chrétienne ? Perçois-tu qu’en tant que Ressuscité, il vit, il agit, aujourd’hui aussi ? Que désires-tu, pour le dernier moment de ta vie ? Prie afin que la mort ne te trouve pas endormi pour ce qui regarde les choses de Dieu.

 

5. « Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez ! ». Jésus demande à tous de veiller : qu’est-ce que cela signifie pour toi ? Comment concrètement t’efforces-tu d’être en état de veille ? Comme le Notre Père l’exprime : Sanctifies-tu le Nom de Dieu ? Désires-tu son Règne ? Collabores-tu pour que sa volonté soit faite ? Travailles-tu pour qu’il y ait chaque jour et pour tous le pain quotidien ? Sais-tu donner le pardon aux personnes qui te sont proches ? Pries-tu pour que la tentation ne triomphe pas sur toi, et que tu sois libéré du Malin ? Dans le Notre Père toute ta vocation chrétienne est exprimée.

 

 

Pour prolonger la RÉFLEXION…

 

   Sur quoi faire porter notre attention dans le temps de notre vie présente ? Comment veiller ? Le serviteur qui se tient en état de veille durant toute la nuit, parce qu’il ne sait pas quand son maître sera de retour, est une image de grande efficacité pour faire comprendre deux choses : on ne peut absolument pas perdre la vie éternelle, ce serait tout perdre ; et l’on ne peut pas faire comme si notre vie n’était pas fragile, et que sa conclusion advienne au moment où on s’y attend le moins.

   L’attente peut être longue ou courte. Comment remplir le temps de la veille ? Jésus avant tout invite à « prendre garde », en percevant le sens fragile du temps présent, pour ne pas se faire avoir, pour ne pas se tromper de route.

   Puis il invite à attendre, à la lumière de la Parole de Dieu, pour que rien ne vienne nous détourner de notre marche vers la rencontre avec le Ressuscité. Finalement il nous invite à « veiller » dans la prière, comme lui-même l’a dit à ses disciples au jardin des Oliviers : « Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation » (Mc 14, 38).

 

 INTERCESSION : « Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation »

   La tentation à de nombreuses façons de s’exprimer, elle tend à nous détacher de Dieu et de son projet de salut. Prions pour en être libérés, en particulier de la tentation qui porte sur la foi, sur la vie éternelle, sur le service fidèle… Demandons que naissent de nouvelles vocations pour l’Évangile, caractérisées par la fidélité et la sainteté.

 

. Rends-nous capables de veiller, en prière et en bonnes œuvres : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Fais-nous percevoir les signes de ta Présence qui sauve : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Que chaque jour ta Parole nourrisse notre esprit et notre cœur : Fortifie-nous de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Que l’incertitude de l’avenir nous porte à plus de fidélité : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Fais grandir en nous la foi dans la vie du monde qui viendra : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Que les prêtres, que les personnes consacrées soient attentifs aux signes des temps : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit !

. Porte les jeunes à vivre et à se donner pour l’Évangile : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Inspire nos familles, qu’elles vivent et éduquent aux valeurs chrétiennes : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Sur le chemin du bien, soutiens toutes les personnes de bonne volonté : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

. Suscite de nouvelles vocations pour la moisson du monde : Fortifie-nous, de la force de ton Esprit, Seigneur !

…..

 

Viens, Esprit de vie : renouvelle en nous la joie d’être chrétiens, en marche vers la bienheureuse espérance des noces éternelles.

Viens, Esprit de sagesse : rends-nous conscients des mystères de la Rédemption et de la vie du monde qui viendra, vigilants et prêts à la venue du Christ Sauveur.

Viens, Esprit de force : emplis nos cœurs de fidélité et de persévérance, chaque jour et jusqu’à notre dernier souffle.

Viens, Esprit de conseil : conduis l’Église dans l’adhésion à la volonté du Père, tout au long du chemin de l’histoire. Soutiens le Pape et les évêques, donne la générosité aux prêtres et aux personnes consacrées, aux baptisés donne la joie ; comble les familles de ta communion, et les jeunes du courage à inventer.

Toi qui, avec le Père et le Fils, ne cesses d’être vie de notre vie et espérance de notre avenir. Amen.

 

 . Achève cette heure de prière avec le Notre Père.

 

. Au cours de ce mois, chaque jour relis et garde en ton cœur une des phrases de la Bible que proposent ces pages.

 

 

Sint unum 318.     Heure de prière pour les vocations.

Sacerdoti del s. Cuore.       Via Andolfato 1        20126  Milano

traduction: P. André Perroux scj

Nos bibliothèques

Recherche