Home | Publications | Fraternités en Classe Ouvrière | Le 60e anniversaire de la Mission ouvrière

Le 60e anniversaire de la Mission ouvrière

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Le 60e anniversaire de la Mission ouvrière

80 ans de l’ACE

et les 60 de la Mission Ouvrière

Jour de fête et de joie à Guise

 

 

C’est quelques 250 enfants, jeunes, adultes venus de Picardie, de Champagne et des Ardennes qui s’étaient donnés rendez-vous à Guise (02) pour faire la fête ensemble et rendre grâce pour les 80 ans de l’ACE et les 60 de la Mission Ouvrière. Le Père Marc Stenger, évêque de Troyes et chargé de la Mission ouvrière au national ainsi que Benoît Noblet, délégué national à la Mission ouvrière nous firent l’honneur d’être des notres durant toute la journée. Le Père De Dinechin, évêque de Soissons devait nous rejoindre pour l’Eucharistie.

Quel bonheur de partager tous ensemble sa vie, ses engagements, ses espoirs et ses luttes sur les chemins de la mission en ces moments où le monde ouvrier et populaire a tant de mal à se faire entendre et respecter !

Mais depuis cette petite ville de Guise, riche de son histoire ouvrière, c’est tout un peuple qui, debout, en Mission ouvrière, témoignait, aux yeux de tous, de la fierté de son passé, de la passion de ses engagements et de sa confiance pour l’avenir. C’est tout un peuple, debout, qui proclamait sa conviction que l’Esprit du Seigneur accompagne celles et ceux qui s’engagent pour l’avènement d’un monde fraternel.

Dans une salle toute décorée et une scène où avait été dressée une tente symbole de la Mission ouvrière qui ne doit cesser de s’élargir, un magnifique diaporama réalisé par la Mission ouvrière de Reims, ouvrait la journée dans une ambiance de chants, de cuivres, de trompettes et de danses.

Oui, elle est belle notre histoire de Mission ouvrière ! C’est notre fierté ! Celle de tout un peuple. C’est le bonheur d’avoir cheminé ensemble et d’être demeurer fidèle malgré les rudesses de la vie. C’est la reconnaissance que l’Esprit a accompagné notre histoire. C’est la garantie qu’Il est encore sur nos chemins de vie et l’assurance qu’Il sera demain encore au cœur de nos combats de fraternité.

Après cette dynamique ouverture, par petits groupes, chacun pu visiter le « familistère de Godin », cette extraordinaire tentative, au milieu du 19éme siècle, pour que le travailleur puisse vraiment vivre dans la dignité tant en ce qui concerne son logement que son accession au confort, à la formation, à la culture et aux loisirs.


Pendant ce temps alors que les enfants partaient pour un immense jeux de pistes à la découverte de la ville, du familistère et du château fort, un forum sur la question du travail, animé par un PO CFDT et un militant de l’Institut CGT d’histoire social, passionnait l’ensemble des participants. Le débat fut riche et dense. Le père Stanger et Benoit Noblet prirent leur place dans les échanges. Des militants, bien que ne partageant pas notre foi en Jésus Christ, témoignèrent de leur foi et confiance en l’homme. Ils nous dirent combien ils étaient heureux d’avoir mené des luttes avec des militants de la Mission ouvrière. Des amitiés solides en étaient nées qui les avaient amenés à faire leurs notre propre fête.


Pendant le repas tiré des sacs où avec les « tartes au maroilles » du pays qu’avaient confectionnées une équipe locale, chacun pu parcourir les stands : celui de la JOC, de l’ACO, de l’ACE, bien sûr, mais aussi du CCFD, de l’ACAT etc. sans oublier une librairie importante et, puisque nous étions dans « l’année de l’APPEL », un stand « Toutes et tous appelés » présentait les diverses formes d’engagements et de vies consacrées à la suite du Christ …

Un nouveau forum animé par des militants de Reims, allait mobiliser l’assistance sur les différentes formes d’organisations que ce soit dans l’écologie, les quartiers ou l’économie…

Pas de doute, les militants de la Mission ouvrière sont bien présents dans un monde qui résiste et qui invente : le sel de la terre c’est aussi une réalité de nos quotidiens !

Après de si riches partages, ce fut le temps de l’Action de grâce. Dans l’Eglise voisine, soigneusement préparée et décorée par les enfants de l’ACE, le Père Stenger et le père de Dinechin surent accueillir chacun dans sa situation en remerciant la municipalité de Guise pour son aide matériel, l'équipe pastorale du secteur et tous les acteurs de la mission ouvrière qui ont eu l'audace de lancer et de faire vivre cette si belle initiative... Une croix, signe de l'amour de Dieu pour tous les hommes, fut construite avec des briques symboles de l'effort des hommes pour bâtir un monde meilleur alors que quatre toiles de couleurs différentes nous invitaient à « élargir l'espace de notre tente »…

Cet élargissement se vivait aussi dans la salle où quelques groupes poursuivirent l’échange en particulier avec des militants de la JOC tout en se partageant les découvertes d’une telle journée…

Mais la fête n’était pas finie : tous, dans une ambiance festive, se retrouvaient dans la salle où fut proclamé l’envoi vers nos champs de mission. Puis, à la surprise générale, au son des trompettes et sous les acclamations, quelques enfants de l’ACE apportèrent sur la scène un immense gâteau d’anniversaire étincelant de mille feux et recouvert de friandises qui firent le bonheur des petits et des grands avant de reprendre la route du retour plein de dynamisme et d’espérance !

Devant le Familistère à Guise...

80 ou 60 ans … Mais sûr ! Pas une ride !

Que du bonheur et de l’espérance !

Oui, Il marche avec nous !