Textes du Père Dehon

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Textes du Père Dehon

 

Les paraboles de la miséricorde 

Première Couronne d’amour, 5e mystère, 2e méditation

Lisez dans l’Évangile les touchantes paraboles par lesquelles Notre-Seigneur exprime sa miséricorde. Le bon pasteur a-t-il un cœur de juge qui donnera tous ses soins aux quelques brebis fidèles et laissera se perdre la pauvre brebis égarée ? Au contraire, par un renversement apparent de toute justice, il néglige les quelques brebis fidèles pour courir après la brebis infortunée et la rapporter sur ses épaules. Nous voyons la même chose dans la parabole de la drachme perdue. Et quand l’enfant prodigue revient à la maison paternelle, trouve-t-il un cœur de juge décidé à donner toute sa tendresse au fils aîné qui ne l’a point quitté, et à chasser de sa présence le fils ingrat ? Non, par un nouveau renversement de la justice, il accorde toutes ses faveurs au coupable et semble oublier l’enfant qui lui est resté fidèle, oubli que l’aîné lui reproche formellement. Le pauvre blessé sur le chemin de Jérusalem à Jéricho voit passer devant lui beaucoup de juges ; ceux-ci sont d’avis qu’il faut le laisser dans sa détresse, que c’est bien là sa place, que c’est de sa faute s’il souffre, qu’il l’a bien mérité par ses péchés ; mais le bon samaritain, lui, n’a pas un cœur de juge, mais un cœur de père, de frère et d’ami ; et vous savez qui est le bon samaritain, c’est Jésus.

Nous devons prêcher cette miséricorde du Sacré-Cœur pour les pécheurs, y croire fermement et la pratiquer. Rappelons-nous qu’une seule image de ce divin Cœur peut suffire à elle seule pour convertir les pécheurs. On peut aussi avoir la confiance qu’un enfant qui se consacrerait sérieusement à ce divin Cœur ne saurait périr : « Eum qui venit ad me non ejiciam foras : Celui qui est venu à moi, je ne le rejetterai pas. » La miséricorde du Sacré-Cœur le ramènerait au bercail avant la mort.

Nos bibliothèques

Recherche