Home | Spiritualité et Mission | Spiritualité SCJ | Prier sur les rencontres de Jésus

Prier sur les rencontres de Jésus

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Prier sur les rencontres de Jésus

Les rencontres de Jésus     Sint unum 327 

 

Pourquoi prier sur les rencontres de Jésus?

 

Il y a au moins deux raisons : prier veut dire avant tout « se mettre en relation » avec Dieu par la médiation de Jésus, mais aussi et en même temps expérimenter avec Lui la relation qui l’a avec moi.

Prier, c’est un face-à-face : il implique toute la personne, le corps, les yeux et les oreilles, le cœur, l’esprit, la volonté, parce que Lui aussi, qui est le Fils de Dieu fait homme, se met en relation avec moi selon tout ce qu’il est.

Si je prie en vérité, je fais l’expérience que je l’intéresse, je suis important pour Lui, il me cherche, moi précisément. Et à mon tour je fais l’expérience qu’il m’est possible de fixer les yeux sur Lui, de L’écouter, de Le rencontrer… : comme le dit l’épouse du Cantique des cantiques : « Mon Bien-Aimé est à moi, et je suis à Lui » (Ct 6, 3).

Étonnante en effet est la capacité de Jésus d’être au milieu des gens, et même d’aller à eux, à leur recherche. Cela est mis en constant relief en tout l’Évangile, spécialement par les synthèses que les trois Synoptiques rapportent de son activité (Mc 1, 29-30 ; Mt 4, 23-25 ; Lc 6, 17-19).

Prendre acte de cette relation que Jésus vit avec les personnes de son temps m’aide à comprendre comment il se met en relation avec les humains d’aujourd’hui, dans la foi, et comment pour moi aussi il m’est possible de Le rencontrer.

 

Prière

Jésus, notre Seigneur, il m’arrive de me demander ce qu’exprimaient tes yeux quand au cours de ta vie sur la terre tu regardais ce qui était autour de toi, notamment les gens  que tu rencontrais, les femmes, les hommes, les enfants. Ce qu’exprimait ton regard, quelle était ta préoccupation, sur quoi portait ton intérêt, qu’est-ce qui attirait ton intérêt ?

Les Évangiles me disent que tu n’as jamais mis de distance avec personne, ton comportement était toujours celui d’un ami, tu éprouvais de la compassion pour la lourde réalité des personnes, tu te mettais en peine pour accueillir et soigner tous ceux et celles qui t’approchaient.

En chaque visage, homme ou enfant, personne saine ou malade, faible ou influente, juste ou pécheur, compatriote ou étranger : tu voyais avant tout la personne fragile et limitée, comme chacun de nous aujourd’hui encore. Et tu offrais ta présence d’ami, accueillante, qui sait soigner et réconforter. Tu te comportais en homme vrai, affable et concret, qui prenait plaisir à rencontrer, à se laisser rencontrer.

Moi aussi j’ai besoin que tu me rencontres, avec cette amitié et cette tendresse qui te caractérisent. Par toi, homme parfait, il est possible d’arriver à la taille complète de ce que nous sommes, de ce que nous appelés à être, à devenir, hommes et femmes, fils et filles de Dieu. En toi, par toi, je peux expérimenter le futur de Dieu en ma personne. Amen.  

 

Une PAROLE pour toi, pour moi !

De rencontres, l’Évangile en regorge. Il suffit de l’ouvrir pour être émerveillé par la façon qu’a Jésus de chercher les personnes, son désir de les rencontrer et de se rendre disponible pour tous. Il y a des paroles éblouissantes à propos de cette exigence, qui le caractérise comme homme et pas seulement comme Fils de Dieu. « Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10, 10). « J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos, et celles-là aussi il faut que je les mène » (10, 16). « C’est un feu que je suis venu apporter sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé » (Lc 12, 49)... Marc, en racontant une « journée de Jésus », met en relief le style de ses rencontres : à chacun et à tous Jésus s’offre, en vivant une relation d’ami.

 

En saint Marc, ch. 1, v. 21-22 et 29-39 :

« Ils pénétrèrent dans Capharnaüm. Et aussitôt, dès le jour du sabbat, entré dans la synagogue, Jésus enseignait. Ils étaient frappés de son enseignement, car il les enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes…

Juste en sortant de la synagogue, aussitôt ils allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or la belle-mère de Simon était couchée, elle avait de la fièvre. Aussitôt on parle d’elle à Jésus. Il s’approcha et la fit lever en lui prenant la main ; la fièvre la quitta et elle se mit à les servir.

Le soir venu, après le coucher, on se mit à lui amener tous les malades et les démoniaques. La ville entière était rassemblée à la porte. Il guérit de nombreux malades souffrant de maux de toutes sortes et il chassa de nombreux démons ; et il ne laissait pas parler les démons, parce que ceux-ci le connaissaient.

Au matin, à la nuit noire, Jésus se leva, sortit et s’en alla dans un lieu désert ; là il priait. Simon se mit à sa recherche, ainsi que ses compagnons, et ils le trouvèrent. Ils lui disent : « Tout le monde te cherche ». Et il leur dit : « Allons ailleurs, dans les bourgs voisins, pour que j’y proclame aussi l’Évangile, car c’est pour cela que je suis sorti ».

Et il alla par toute la Galilée ; il prêchait dans leurs synagogues et chassait les démons ».

 Prie l’Esprit Saint : qu’il te donne la capacité d’écouter la Parole ! Et regarde bien Jésus, il se déplace, il parle, il accueille et enseigne et guérit…

 

RÉFLÉCHIS…

Le récit de Marc nous montre comment Jésus se trouve au milieu de la foule, comment il se comporte. Dès le début du sabbat, il va à la synagogue : c’est là que la foule se rassemble pour écouter la Parole de Dieu. Et il se met en attitude d’écoute avec elle. Puis tout à coup il part à la maison de Simon, il s’approche de la belle-mère de Simon qui est au lit, avec la fièvre. Le soir, il rencontre tous les malades et les possédés de démons, il les accueille, il les guérit, et cela jusqu’à la grand nuit.

Au matin, alors qu’il fait encore nuit, c’est sa rencontre intime avec le Père. Puis il affirme vivement vouloir aller ailleurs, en d’autres villages, pour y rencontrer là aussi les gens : parce que c’est pour cela qu’il est venu !

Ce comportement de Jésus, que te révèle-t-il ? Que te dit-il de sa personne, de son style de vie d’homme ? Et toi, es-tu intéressé à le rencontrer ?

 

CINQ TEMPS de PRIÈRE,  à partir de cinq PAROLES de la BIBLE

. Après chaque parole, reste un instant en silence, médite, loue, invoque.

. Ou prie une dizaine de ton chapelet, pour vivre en union avec Marie la Parole qui t’est donnée.

 

1. « Ils pénétrèrent à Capharnaüm. Et aussitôt, dès le jour du sabbat, entré dans la synagogue, Jésus enseignait ». Jésus aime à être parmi les gens, en particulier aussi à la synagogue, où il écoute la Parole de Dieu et prie avec tout le monde. Comprends-tu l’importance qu’il y a pour lui de prier et d’écouter, avec sa communauté croyante, avec toi ? Qu’est-ce que cela te suggère ? Saisis-tu l’importance pour toi de participer aux assemblées liturgiques, surtout le dimanche ? As-tu le désir d’écouter ce que Jésus enseigne ? Aimes-tu l’Évangile qui te livre cet enseignement de Jésus ? Cherches-tu à transformer en méditation ce que tu écoutes ?

 

2. « Et aussitôt, sortis de la synagogue, ils allèrent avec Jacques et Jean à la maison de Simon et d’André ». Comme il est beau de voir Jésus qui se déplace ainsi en compagnie : ses quatre premiers disciples deviennent ses compagnons de route ! Non seulement il les a choisis, mais il les prend avec lui, en communion avec lui. Qu’en dis-tu ? À nous aussi Jésus dit : « Je suis avec vous tous les jours » (Mt 28,  20). Es-tu content qu’il en soit ainsi ? Parviens-tu à recueillir les signes de sa présence ? Sais-tu te faire aider pour les comprendre ?     

3. « Or la belle-mère de Simon était couchée, elle avait la fièvre ; aussitôt on parle d’elle à Jésus. Il s’approcha et la fit lever en lui prenant la main ». Apparemment c’est bien le miracle le plus insignifiant de tout l’Évangile. Et pourtant Marc le place comme le premier miracle. Jésus se préoccupe aussitôt de qui est courbé par le mal, immobilisé par la fièvre. Que la femme se mette à servir montre bien qu’elle est guérie tout de suite et bien en forme. Que dis-tu de tout cela ? La fièvre est le signe  de si nombreuses gênes de toutes sortes. Et toi, quelles sont les « fièvres » qui te tourmentent, qui t’empêchent d’être présent : en famille, au travail,  au sein de ta communauté chrétienne ? Le chrétien est appelé à servir : comme Jésus…

 

4. « Le soir venu, on se mit à lui amener tous les malades et les démoniaques. Il guérit de nombreux malades souffrant de maux de toutes sortes ». Jésus rencontre tout le monde, il se préoccupe surtout des malades, et il y a aussi les malades de l’esprit. Il les accueille, tous et chacun. Il apporte le réconfort, la santé, la libération, le soin. Il est présent aujourd’hui aussi pour combattre les maux qui tourmentent le corps et l’esprit. Cherches-tu à le rencontrer ? Sais-tu lui faire confiance ? Quelle est ton attente ? Sais-tu mener à Jésus les nécessiteux que tu connais ?  

 

5. « Ils lui dirent : ‘Tout le monde te cherche !’ Mais il leur répondit : ‘ Allons ailleurs, dans les bourgs voisins, pour que j’y proclame aussi l’Évangile. Car c’est pour cela que je suis venu’ ». C’est le zèle qui pousse Jésus à la recherche de tous. Il sait que tous ont besoin de sa Parole qui illumine, de son pardon qui guérit, de son Esprit qui guérit et fortifie. C’est pour cela qu’il bouge, il est toujours en recherche. Prends-tu conscience qu’il désire te rencontrer, toi aussi, et à travers toi, il veut rencontrer aussi ceux et celles qui te sont chers, et tant d’autres encore? Quelle collaboration peux-tu apporter à ces rencontres ? Il y a tant de gens qui ont besoin d’être aidés à rencontrer Jésus. Demande-le dans la prière, et offre ta collaboration…

 

INTERCESSION VOCATIONNELLE

Jésus, notre Seigneur, tu es venu pour rencontrer, et sans cesse tu viens à nous. Tu es sorti du Père et tu es venu à notre monde précisément pour nous rencontrer. Durant ta vie parmi nous sur cette terre tu as constamment manifesté un amour plein de compréhension à l’égard de toute personne nécessiteuse dans son corps ou dans son esprit.

Nous aussi nous avons besoin de te rencontrer, nous te le disons par cette humble prière. Nous avons besoin que tu nous parles, que tu nous touches, que tu guérisses notre cœur, qu’à nos yeux tu donnes la lumière de la foi.

Nos jeunes gens ont besoin de te rencontrer : ils sont pris dans un monde qui court mais qui ne présente pas souvent les routes qui mènent au futur de Dieu.

Ont besoin de te rencontrer les époux, préoccupés qu’ils sont de boucler les bilans chaque jour mais trop souvent ils sont enfermés dans le présent, avec le risque de voir se scléroser leur amour et leur foi.

Nos personnes âgées ont besoin de te rencontrer, pour que leur temps désormais limité ne soit pas submergé par la tristesse et le découragement.

Tu as toujours manifesté une attention pleine de compréhension pour ceux et celles que tu rencontrais : porte ton regard sur nous qui confessons notre foi en ton amour.

. À ton Église donne une foi vive pour qu’elle sache discerner ta présence et ton action : Viens à notre aide, Seigneur Jésus !

. À tes ministres, accorde la ferveur dans l’annonce de ta parole : Viens  à notre aide, Seigneur Jésus !

. À nos communautés chrétiennes donne la présence de saints prêtres : Viens à notre aide, Seigneur Jésus !

. Aux pauvres, aux jeunes, donne le soutien de personnes consacrées : Viens à notre aide, Seigneur Jésus !

. À ceux qui sont persécutés, accorde l’Esprit de force : Viens à notre aide, Seigneur Jésus !

. À qui ne croit pas donne un signe de ta présence : Viens à notre aide, Seigneur Jésus !

 (continue par d’autres intentions)

Vers toi soit notre louange, Seigneur Jésus : tu t’es fait notre sanctification et notre rédemption, pour les siècles des siècles.

 

Notre Père

Jésus est vivant, Ressuscité, au milieu de nous. Chaque dimanche spécialement il désire te rencontrer, il te donne rendez-vous à la sainte messe. Il s’offre à toi comme Parole qui nourrit la foi et comme Pain qui donne la vie éternelle.

 

 

Sint unum.  Heure de prière pour les vocations.

Sacerdoti del s. Cuore (dehoniens).

Sito web : dehoniani.it. E-mail : sint unum@dehoniani.it

 

Traduction française à partir de l’italien : P. André Perroux scj

Nos bibliothèques

Les derniers ajouts

Présentation des Dehoniens-Prêtres du Sacré-Cœur

Présentation des Dehoniens-Prêtres du Sacré-Cœur

              Qui sommes-nous?... Tout l'article

Le pape François et les réfugiés

Le pape François et les réfugiés

                      **** Le pape François propose plusieurs points pour la pastorale des réfugiés. Voici le texte récemment publié. Apporter une réponse aux réfugiés et aux migrants Vingt points d'action pastorale cliquez... Tout l'article

P. Joseph Famerée SCJ - Professeur de théologie à UCL

Joseph Famerée, né en 1955 à Emptinne, est membre de la Congrégation des Dehoniens - Prêtres du Sacré-Coeur de Jésus et théologien belge. Il est... Tout l'article

Rencontre des fraternités en monde ouvrier

Rencontre des fraternités en monde ouvrier

Rencontre des petites fraternités en classe ouvrière à la communauté de formation de Paris   Lundi, 30 octobre 2017 les fraternités en monde ouvrier se sont... Tout l'article